29. Tu as interrogé sur ce qui est considérable...

Mo`âdh ben Jabal - que Dieu soit satisfait de lui - a relaté : J'ai demandé ceci : Ô Messager de Dieu ! Fais-moi connaître une action qui me fera rentrer au Paradis et m'éloignera de l'enfer. Il répondit :

« Tu as interrogé sur ce qui est considérable, mais qui est facile pour qui Dieu Très Haut l'a rendu facile. Tu adores Dieu et n'associes rien avec lui, tu accomplis la prière, tu t'acquittes de l'aumône (zakât), tu jeûne le ramadan et tu vas en pèlerinage à la Demeure. »

Puis il ajouta : « Veux-tu que je t'indique les portes du bien ? Le jeûne est une protection, l'aumône éteint la mauvaise action comme l'eau éteint le feu ; et il en est ainsi de la prière au coeur de la nuit. »

Puis il récita : « Leurs flancs quittent leurs lits... (jusqu'à) ... ce qu'ils faisaient. »

Il dit ensuite : « Veux-tu que je te dise quelle est la chose principale (dans la religion), ce qui est la colonne et ce sui est le sommet ? »

- Oui, ô Messager de Dieu ! répondis-je. Il dit :

« Ce qui est principal, c'est l'islam ; sa colonne est la prière et son sommet est le djihad. » Puis il ajouta : « Veux-tu que je t'indique ce qui donne la maîtrise de tout cela ? »

- Oui, Messager de Dieu ! répondis-je. Il prit alors sa langue et dit : « Retiens celle-ci ! »

- Ô Prophète de Dieu ! demandai-je, est-ce qu'il nous est tenu compte de ce qu l'on dit ?

« Ta mère t'a donc perdu, ô Mo`âdh ! Les gens ne sont-ils pas jetés la face - ou, dit-il, les narines - en avant, dans l'Enfer, que pour ce qu'on produit leurs langues ! »