L'ONU accepte de livrer à Gaza la cargaison de la flottille

Publié le par rks3

  
1365248_3_caf8_robert-serry-a-precise-que-l-onu-avait-obten.jpg
                                                                                                                                                       AP/Hatem Moussa
Robert Serry a précisé que l'ONU avait obtenu l'accord d'Israël pour cette opération.

Un haut responsable onusien a annoncé mardi que l'ONU avait accepté de prendre en charge la livraison, à la population de Gaza, de la cargaison d'aide apportée par une flottille et saisie par Israël le 31 mai dernier, lors d'un assaut qui avait fait 9 morts parmi les personnes naviguant sur le bateau turc Mavi Marmara.

"Conformément au souhait du Conseil de sécurité que la cargaison parvienne à destination", les Nations unies "sont prêtes à accepter cette responsabilité à titre exceptionnel", a déclaré devant le Conseil le coordinateur de l'ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry. Il a précisé que l'ONU avait obtenu l'accord d'Israël pour cette opération, ainsi que des propriétaires des cargaisons qui étaient transportées sur trois navires turcs.
 

"Les Nations unies ont obtenu l'accord des propriétaires des cargaisons embarquées à bord des trois navires turcs pour en prendre possession et pour assurer en temps opportun sa distribution à Gaza dans un but humanitaire, tel que défini par les Nations unies", a-t-il dit. "Le gouvernement d'Israël a accepté de remettre la totalité de la cargaison à l'ONU à Gaza, étant entendu que ce sera à celle-ci de déterminer quelle utilisation humanitaire en sera faite sur place." "Nous avons de bonnes raisons de croire que les autorités de facto de Gaza respecteront l'indépendance des décisions de l'ONU à cet égard", a-t-il ajouté.

ASSOUPLIR LE BLOCUS

Le 31 mai, des commandos de marine israéliens avaient lancé dans les eaux internationales un assaut contre une flottille de six bateaux, acheminant des tonnes d'aide et des centaines de militants propalestiniens qui voulaient forcer le blocus israélien imposé à Gaza depuis 2007. Cet assaut, qui a fait neuf morts et plusieurs dizaines de blessés, avait suscité l'indignation dans le monde. Le Conseil de sécurité de l'ONU avait aussitôt demandé une enquête sur cette intervention militaire israélienne, ainsi que la libération des navires et des civils détenus et l'acheminement de l'aide à la population de Gaza.

Ce même jour, le président palestinien Mahmoud Abbas a estimé qu'Israël devait ouvrir les sept points de passage existant entre son territoire et la bande de Gaza pour permettre le passage de toutes les marchandises dont ses habitants ont besoin. De son côté, le ministre des affaires sociales israélien, Isaac Herzog, avait annoncé qu'Israël étudiait les moyens d'assouplir son blocus imposé à Gaza depuis la prise de pouvoir du Hamas, il y a trois ans, estimant qu'il nuisait à son image dans le monde.

Un responsable israélien a déclaré que le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, réunirait mercredi le gouvernement pour examiner l'élargissement de la liste des marchandises autorisées à entrer à Gaza par les postes israéliens. Selon les médias israéliens, le premier ministre est décidé à alléger "sérieusement" ce blocus et à prendre des mesures à cet effet dès mercredi.


Publié dans Actualités

Commenter cet article